Libre d’écrire, plus

Chroniques de blogosphère, suite: l'article qui suit est paru dans l'édition d'avril 2006 de Com.in (magazine de la communication et des médias édité par la FRP)

Libre d'écrire, plus

Ma réd’ en chef me pose une colle: quelle différence de ton entre les journaux et les blogs?

Pour Loïc Le Meur, vice-président de la plate-forme Six Apart et blogueur influent, il ne faut pas confondre ces nouveaux moyens de communication avec les médias traditionnels.

 

«Les blogueurs ne se prennent en général pas pour des journalistes. Ils écrivent leurs opinions et leurs sentiments sur tout ce qui leur passe par la tête et surtout pour leurs amis. Par contre, certains blogueurs deviennent des professionnels de même que certains journalistes bloguent.»

(source)

 

En France, Libération met en avant les blogs de ses journalistes sur son site. Le Monde prolonge même l’expérience en invitant les abonnés du journal à créer leur blog sur sa plate-forme, dont les billets voisinent avec ceux des journalistes qui bloguent. En avril sort en kiosque le numéro 3 de Netizen, mensuel consacré au phénomène de la prise de parole des individus sur le Web. Cette fois ce sont les écrits des blogueurs qui sont imprimés, joli retour des choses.

Blogueur ou journaliste, cherchez la différence. Ecrit-on vraiment d’une autre façon? Sur un blog, il est de bon ton de revendiquer ses paroles par l’usage du «je». C’est moi qui assume mes écrits. Je personnalise le récit en utilisant un ton familier. Avez-vous souvent lu une dépêche d’agence où l’auteur partage son émotion avec le lecteur? Le journaliste ne dit jamais je, lui.

Au bouclage d’un journal, mon article est relu et corrigé par le secrétariat de rédaction. Tandis que personne ne me relit avant que je publie une note sur le web. Ce sont les lecteurs, par le biais des commentaires, qui rectifieront mes erreurs. À une vitesse impressionnante parfois.

Sur mon blog, je peux m’étaler. Ou pas. Un billet peut ne faire qu’une ligne, ou n’être qu’une photo même pas légendée. Mais je peux noircir des dizaines de milliers de signes si l’envie s’en fait sentir. L’espace ne m’est pas compté. Au contraire des rubriques des quotidiens dont le format doit être respecté à vingt signes près.

Aussi, je publie quand je le veux bien. Rien ne m’inspire, tant pis. Trois bonnes nouvelles à transmettre, allez! Trois notes du jour en ligne. Pas de tri au moment du bouclage parce que l’actualité trépidante a fait dérailler un train ou exploser une bombinette quelque part, reléguant l’actualité tiède au placard.

Cette liberté a un prix bien sûr. Formé aux règles de son métier, le journaliste est un professionnel payé pour sa production. Le blogueur, lui, écrit par passion.

Anne Dominique Mayor, journaliste et blogueuse
Blog : Prismes et planches

1 Response to “Libre d’écrire, plus”


  1. 1 lyonelk 12 f 2006 à 8:31

    Hello Anne-Dominique,
    Content de voir que la maintenance du site touche à sa fin!
    Concernant ce billet, il serait bien que tu fasses un tour sur little reporter pour l’aider dans sa quête.
    http://littlereporter.blogspot.com/
    A la prochaine.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Just my del.icio.us daily

don’t miss anything: subscribe to Prismes et planches

Some rights reserved

Plate-forme:
Wordpress.com
Theme:
K2 Lite
Textes et dessins (sauf indication contraire):
Anne Dominique Mayor
Lausanne, Suisse

%d blogueurs aiment cette page :